De combien de planètes avez-vous besoin?

Quelle est votre pointure ? Pas celle correspondant à la taille de vos pieds, mais celle qui contribuent à votre empreinte mondiale. Le moyen le plus simple de comprendre sa trace est d’imaginer le nombre de planètes dont nous aurions besoin pour améliorer votre style de vie actuel. Si tout le monde sur la Terre mangeait la même chose que vous, portait les mêmes vêtements, conduisait la même voiture et voyageait en avion vers autant de destinations de vacances, la planète serait-elle capable de suivre ? Peut-être pas.

En 2006, Andrew Simm de la « New Economics Foundation »  a inventé le terme «Earth Overhoot Day». Cela représente la date à laquelle la demande de l’humanité en ressources et services écologiques, au cours d’une année donnée, dépasse ce que la Terre peut régénérer au cours de cette année. Pour déterminer la date du jour du dépassement de la Terre pour chaque année, « Global Footprint Network » calcule le nombre de jours de cette année pour que la bio capacité de la Terre permette de fournir l’empreinte écologique de l’humanité. En 2017, la France avait épuisé le budget de la nature pour l’année, le 5 mai et celui du Royaume-Uni, le 8 mai. Ceci n’est pas un bon signe. Pour savoir où se situe la journée de dépassement de votre pays en 2018, visitez le réseau « FootPrint ».

Avant de poursuivre votre lecture, nous vous suggérons de calculer votre propre empreinte sur www.footprintcalculator.org pour déterminer quelle sera votre journée “Earth Overhoot”. Cela pourrait vous surprendre ! Nous oublions souvent les choix, que nous faisons habituellement dans notre quotidien, qui contribuent à notre impact global de manière inimaginable ! De même, il est encourageant de penser au changement radical que nous pouvons avoir sur la planète en investissant du temps et des efforts et en adaptant nos habitudes.

Beaucoup de personnes, principalement de nature aventurières, ont tendance à faire pencher la balance délicate de leurs impacts sur l’environnement par le nombre de déplacements effectués chaque année. Un esprit de découverte a balayé notre génération, et personne ne peut contester la beauté et l’apprentissage qui vient de cette passion pour les voyages dans le monde. En adoptant une attitude de conservation des lieux visités, on peut limiter les dommages causés à la planète par les émissions de carburant, etc.

Trouver des hôtels de petites tailles ou encore louer un logement en Airbnb peut réduire l’empreinte de votre hébergement de 48%, selon l’organisation “The Earth Overshoot Day Organization”. Trouver des hôtels prônant les énergies renouvelables peut parfois être difficile, et séjourner dans des établissements plus petits peut être utile pour réduire au minimum l’énergie utilisée.

S’abstenir de prendre des vols inutiles, surtout lorsque des moyens de transport alternatifs sont disponibles, peut avoir un impact considérable sur votre empreinte annuelle ! Pour certains voyageurs, le transport aérien peut représenter plus de la moitié des émissions de carbone de leurs ménages par an. De nombreuses compagnies aériennes offrent le potentiel d’achat de compensations de dioxyde de carbone, et bien qu’elles n’arrêtent jamais le réchauffement planétaire, il s’agit d’une vaillante tentative de réparation. L’exemple le plus simple d’un programme de compensation de carbone consiste à payer un peu plus cher votre ticket pour planter et conserver des arbres. La plupart des compagnies aériennes collaboreront avec des organisations comme « The Nature Conservancy » pour financer les premiers programmes de conservation. Pour les voyageurs aguerris, passer en première classe peut être un régal. Mais avant de dépenser de l’argent supplémentaire, n’oubliez pas que la classe économique consomme jusqu’à neuf fois moins de carburant que les sièges spacieux de première classe. De même que certaines voitures consomment moins de carburant que d’autres, il en va de même pour les avions. Voici les conclusions pour la plupart des compagnies aériennes transatlantiques économes en carburant en 2017.

Si tous les articles que nous achetions étaient munis de passeports comme nous, nous pourrions être surpris de les trouver remplis de visas ! Où vous achetez chaque produit, vos légumes ou encore vos baskets, influence le nombre de vols, de frets et d’automobiles en transit dans le monde entier. Chez Bluenery, nous étions déchirés lorsque nous avons décidé d’expédier nos produits à notre “Bluenery Family”. Nous avons compris que des envois localisés nous permettrait de réduire notre empreinte de manière collective.

Avant même d’arriver dans vos mains, la plupart des produits ont accumulé une empreinte de transport importante, avec des matériaux provenant des quatre coins de la planète. Il incombe aux marques de s’efforcer de se procurer des matériaux locaux et de produire le plus proche géographiquement de leurs clients. C’est également aux consommateurs de soutenir ces marques en achetant autant que possible localement.

Laura François.

Engagée sur l’impact de notre société, Laura collabore étroitement avec Bluenery pour sensibiliser notre famille à respecter l’environnement.

Pour savoir où se situe la journée de dépassement de votre pays en 2018, visitez The FootPrint Network.